Sylvie Isabelle Publié le 23 novembre 2016 par | Mis à jour à 05:00

Le Fin Gourmet : 20 ans et toujours réconfortant!

fin_gourmet_entree

Ayant fait sa renommée au fil des 20 dernières années par son accueil chaleureux et sa mise en valeur des ingrédients du terroir, notamment de la région de Charlevoix, le menu du Fin Gourmet n’a pas pris une ride ! À preuve, pour le 20e anniversaire, les créations du chef Érik Faguy-Caron (Laurie Raphaël, Légende, Le Cercle, Yuzu) côtoient en toute harmonie quelques-uns des plats vedettes qui ont fait le bonheur des clients.

Si vous croyez avoir arrêté votre choix à la lecture de l’ardoise, préparez-vous à changer d’idée deux ou trois fois lorsqu’on vous décrira le menu – pour ma part, je salivais à chaque plat, et mon choix n’aura pas été facile !

fin_gourmet_painQue nous réserve le Fin Gourmet ?

La ligne directrice ici est réconfort et simplicité, sans rien sacrifier aux présentations ni à la sélection des ingrédients. Lorsqu’elle s’est lancée dans l’aventure du Fin Gourmet, la propriétaire Marina Bhérer tenait à ce que tout soit fait maison. Encore aujourd’hui, c’est ce qu’on ressent et retrouve dans l’assiette : toute la convivialité, l’authenticité et la simplicité de sa région d’origine, Charlevoix.

Un mot sur la carte des vins, parce qu’on ne saurait s’en passer. Plutôt courte, présentée sur iPad, elle vous réserve quelques surprises, car Elsa Bhérer, la fille de Marina, l’a constituée avec soin. Vous pouvez aussi vous laissez conseiller sans crainte. Comme nos choix ce soir-là oscillaient du saumon à la joue de bœuf, on nous a proposé un Pinot noir d’Italie bien soyeux, avec suffisamment de personnalité pour ne pas complètement se perdre devant la joue ni éclipser le saumon. On aime !

fin_gourmet_menu fin_gourmet_vin

fin_gourmet_gravlaxCôté entrée, on craque comme toujours pour le foie gras et les petits croûtons de pain brioché – difficile de ne pas tout dévorer ! Pour sa part, le gravlax présente de tendres morceaux dodus, s’accompagne de rubans de concombre et, surprise, de petits champignons marinés. On accorde un morceau de robot pour cette originalité qui nous sort des accompagnements traditionnels du gravlax.

En pièces de résistance, nous avons affaire à la joue de bœuf et au saumon – tous deux se distinguent par une cuisson parfaite et une présentation qui réjouit l’œil. C’est la cuisine réconfort qui nous rappelle celle de maman, parée de ses beaux atours. Le choix était difficile, tout le reste de l’ardoise multipliait les ingrédients alléchants. Il faudra y retourner.

fin_gourmet_plat2 fin_gourmet_plat3

On ne saurait quitter sans prendre un dessert, fait maison par Marina. Était-ce bon ? Oh que oui… Tout est disparu en trois coups de fourchettes, avant même que je ne pense à sortir mon appareil photo!

fin_gourmet_plat1Sans oublier les brunchs…

Aux commandes du brunch, on retrouve Maxim Lizotte, qui est toujours aux études en cuisine. De plongeur au Fin Gourmet à 15 ans, il gagne tranquillement ses galons. Marina et Elsa sont en charge du contrôle qualité de ses idées et de ses recettes pour l’instant, et c’est avec fierté qu’elles parlent du talent de leur protégé. Les dimanches avant-midis, on vous conseille donc de réserver pour profiter d’un brunch dans Saint-Sauveur !

Le Fin Gourmet
774, rue Raoul-Jobin
418 682-5849

À lire aussi : Le Fin Gourmet souffle 20 bougies

Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Email this to someonePin on Pinterest0Share on LinkedIn0
Mots-clés : ,

Écrire un commentaire


Nom :

Courriel :

Site web :

Attention : avant de soumettre votre commentaire, assurez-vous qu'il respecte notre Nétiquette.