Suzie Genest Publié le 3 octobre 2016 par | Mis à jour à 20:11

Bibliothèque aux Habitations Durocher, lieu culturel à l’église Saint-Sauveur

saintsauveurannonce

La Ville de Québec l’a confirmé aujourd’hui, le projet de logements à l’ancien site du Centre Durocher ira de l’avant, en intégrant un point de services de la Bibliothèque de Québec et une salle communautaire. Cette annonce, sans grande surprise à la lumière des développements récents, s’assortit toutefois d’un élément nouveau : un lieu de diffusion culturelle sera aménagé par ailleurs, à l’église Saint-Sauveur.

La livraison du projet de 68 logements sociaux, porté par la corporation Les Habitations Durocher, est prévue pour le printemps 2018. Il comprendra des logements de deux, trois, quatre chambres, dont les deux tiers bénéficieront du supplément d’aide au loyer. Le chantier doit débuter cet automne, avec la démolition complète de l’édifice de l’ancien Centre Durocher, dont la conservation partielle a été envisagée puis rejetée en raison des coûts, a dit en conférence de presse Armand Saint-Laurent d’Action-Habitation.

Une bibliothèque sous des logements sociaux

habitationsdurocherbiblioL’ouverture de la bibliothèque de 90 mètres carrés, aménagée au rez-de-chaussée au coût de 200 000 $, est prévue pour mars 2018. Elle pourra faire usage de la salle communautaire pour des activités d’animation, a précisé la vice-présidente du comité exécutif responsable de la culture, du patrimoine et de l’aménagement du territoire Julie Lemieux. Selon cette dernière, il existe un précédent canadien de bibliothèque cohabitant avec un projet de logements sociaux, une formule qui cadre avec la volonté de la Ville de Québec d’innover :

Pour la bibliothèque, ce que nous proposons est une suite logique de ce que nous réalisons depuis l’adoption de la Vision de développement de la Bibliothèque de Québec 2013-2020, c’est-à-dire des espaces conviviaux, attrayants et polyvalents. »

Église Saint-Sauveur : consultations à venir

Impossible de prédire quelle forme prendra exactement l’espace de diffusion culturelle de l’église Saint-Sauveur et quel type d’offre s’y déploiera. S’il a laissé entendre que des acteurs du milieu culturel installés ailleurs auraient un intérêt potentiel à « étendre leurs antennes », le maire Régis Labeaume a martelé que tout dépendra des besoins exprimés par ce milieu et la population de Saint-Sauveur lors de consultations à venir.

Église Saint-SauveurLa conseillère du district électoral Saint-Roch—Saint-Sauveur et membre du comité exécutif Chantal Gilbert s’est réjouie de l’opportunité d’innover pour assurer la pérennité du bâtiment religieux en misant sur la cohabitation entre lieu de culte et lieu culturel. Elle a cité à cet égard l’exemple de l’église Saint-Roch, où un espace commercial au sous-sol cohabite avec le lieu de culte. L’église Saint-Sauveur, comme celle de Saint-Roch, fait partie des sept bâtiments à caractère religieux à valeur patrimoniale exceptionnelle qui bénéficieront d’un financement de 15 millions $ sur dix ans pour leur préservation, avait-on appris le 20 septembre dernier.

« Des miettes », dit le CCCQSS

Suivant ces annonces, le Comité des citoyens et des citoyennes du quartier Saint-Sauveur (CCCQSS), qui proposait une Maison de la culture à l’ancien Centre Durocher, a fait savoir par voie de communiqué qu’il y aura le mardi 11 octobre à 17 h un grand rassemblement devant l’édifice voué à la démolition. Dénonçant un manque d’écoute, de transparence et d’analyse des besoins en amont du processus de décision, Éric Martin, animateur-coordonnateur au CCCQSS, déplore la superficie de la bibliothèque en regard de la population de Saint-Sauveur :

Cela doit correspondre à la taille de la  toilette de la bibliothèque Gabrielle-Roy. On rit de nous autres, cela ne correspond aucunement à nos besoins ! Dans le quartier Saint-Sauveur on est 16 000, c’est 2 fois plus que le quartier Saint-Roch ou Saint-Jean-Baptiste. »

En septembre, le CCCQSS avait émis un communiqué répondant favorablement à l’invitation des Oblats de tenir une rencontre avec la Ville de Québec et Action-Habitation afin de trouver une solution « gagnant-gagnant » pour l’ancien Centre Durocher. L’invitation faisait suite à une lettre ouverte (publiée dans Le Soleil) du père Luc Tardif des Oblats de Marie-Immaculée en faveur du projet de Maison de la culture. Questionné, deux fois plutôt qu’une, sur cette invitation, le maire Régis Labeaume a indiqué : « On verra pour les Oblats, on va rencontrer tous ceux qui veulent être rencontrés. »

Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Email this to someonePin on Pinterest0Share on LinkedIn0

Écrire un commentaire


Nom :

Courriel :

Site web :

Attention : avant de soumettre votre commentaire, assurez-vous qu'il respecte notre Nétiquette.