Anne-Marie Lapointe Publié le 5 novembre 2014 par | Mis à jour à 07:00

Vent de fraîcheur à la Joujouthèque Basse-Ville

Depuis cet été, on peut dire que la joujouthèque a le vent dans les voiles en se renouvelant et en multipliant ses services au public.

Moi qui la fréquente depuis plusieurs années et qui la trouve si pratique – des jouets pour les 0-12 ans à 1$ pour un mois, quelle aubaine! –, je ne reconnais plus ma joujouthèque! Situé dans l’école primaire Sacré-Cœur, cet organisme d’âge vénérable semblait jusque là un peu fermé sur lui-même… mais plus aujourd’hui.

D’abord, il y a eu ce camp offert l’été dernier aux enfants du quartier et le vernissage spectaculaire auquel j’ai pu assister. De plus, j’ai fait la connaissance d’un nouvel employé tout sourire du nom de Francis qui nous a chaleureusement accueillis, mon fils et moi. Puis, surprise, en faisant une rapide recherche sur Internet, j’ai découvert que la joujouthèque offrait un atelier bricolage au Cercle, sur la rue Saint-Joseph. Je me suis donc rendue sur les lieux pour mener ma petite enquête…

Tisser des liens

Mercredi 29 octobre, l’atmosphère est fébrile et «halloweenesque» à la joujouthèque. Il s’agit d’un Matin ré-créatif, et trois employés, Francis, Marie et Nancy, viennent de bricoler des masques multicolores avec des enfants et leur maman du groupe Commun’Action 0-5 ans. Ils attendent maintenant le groupe de maternelle 4 ans de l’école Sacré-Cœur pour faire une toile d’araignée géante.

Entre-temps, je m’entretiens avec la toute nouvelle directrice de la joujouthèque, Marie-Hélène Tremblay Gignac. La jeune femme me confirme qu’un vent de fraîcheur frappe la joujouthèque. Elle a d’ailleurs récemment engagé un agent de développement afin d’établir de nouveaux partenariats et de favoriser l’expansion de l’organisme communautaire. Elle souhaite aller à la rencontre des parents de Saint-Roch et de Saint-Sauveur afin que l’organisme remplisse mieux sa mission. Elle veut également en faire un espace-famille convivial. «Nous explorons aussi présentement la possibilité d’avoir pignon sur rue pour augmenter notre visibilité, car nous sommes un peu cachés», confie-t-elle.

De nouveaux services

En plus de la location de jouets (offert jusqu’à 18h tous les soirs de semaine) et de ses ateliers de bricolage pour les CPE et les écoles, la joujouthèque propose des Matins récréatifs le mercredi de 9h à 11h pour les parents et leurs enfants de 0-5 ans ainsi que des ateliers de bricolage itinérants au Cercle un dimanche par mois. Marie-Hélène me parle aussi de la dernière nouveauté qu’elle vient d’instaurer: la location de ses locaux pour des fêtes d’enfants. Pour 25$ l’heure, on peut profiter, la fin de semaine, du vaste espace de la joujouthèque, de ses jouets et du matériel de bricolage déjà sur place. Pour 2$ de plus par enfant, un employé de la joujouthèque vient animer un atelier de bricolage. Des prix imbattables, m’assure-t-elle.

La prochaine innovation? Un catalogue des jouets disponible en ligne. Un informaticien a d’ailleurs été engagé à mi-temps pour travailler sur ce projet et rajeunir le site Internet de la joujouthèque.

Un bel avenir

Lorsque je reviens dans la grande salle, les enfants s’amusent comme des petits fous à enjamber l’immense toile d’araignée ou à passer en dessous. Ça court, ça gigote. Et ça rit, oui mes amis. Je jase avec Nancy et Marie, les deux animatrices créatives et pétillantes de vie, et je me dis que la joujouthèque est la preuve par cinq – employés – qu’on peut faire beaucoup avec peu de moyens et beaucoup de bonne volonté. Familles du quartier, vous seriez folles de vous en passer!

Joujouthèque Basse-Ville
165, rue de Carillon
418 523-6777

Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Email this to someonePin on Pinterest0Share on LinkedIn0
Mots-clés : , ,

2 Commentaires

Écrire un commentaire


Nom :

Courriel :

Site web :

Attention : avant de soumettre votre commentaire, assurez-vous qu'il respecte notre Nétiquette.